29.06—06.10.2024
du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h
du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h du mardi au dimanche de 10h à 18h
DSC08916

Redecode II: La Dorada, 2018/2024

Joiri Minaya, US
Papier peint Dimensions variables
Dans Redecode II: La Dorada, Joiri Minaya nous confronte à la perspective coloniale européenne du XIXe siècle. Son œuvre est dérivée d’un papier peint conçu en 1848 par l’entreprise française de papiers peints Zuber et Cie (la plus ancienne toujours en activité) et qui représente l’Europe par rapport aux autres continents sous un angle colonial. Le papier peint original place l’Europe au centre. C’est le seul continent au premier plan et des escaliers mènent à une terrasse qui surplombe les autres continents. L’architecture des autres continents n’est représentée qu’à l’arrière-plan. Le premier plan dépeint une nature tropicale sauvage qui souligne le côté aventureux. Joiri Minaya manipule le dessin original par le biais de la pixellisation : la différence entre l’avant-plan et l’arrière-plan s’estompe et les continents se mélangent. Cela permet également d'interrompre le désir européen de visibilité et d'identification, et donc de contrôle. À l'époque, les explorateurs et les scientifiques étaient captivés par la représentation botanique précise des plantes et des animaux, en particulier pour la faune et la flore exotiques des colonies. En transformant le motif du papier peint en pixels, Minaya transforme, subvertit et recontextualise ce style d'illustration scientifique. Ce faisant, elle associe la visibilité, le contrôle et l'exploitation et, par le biais des pixels, les renverse en libération. L'œuvre d'art comprend plusieurs codes QR que vous pouvez scanner. Ils mènent à des textes, des images et des vidéos sur le (néo)colonialisme et le point de vue de l'artiste sur la question. Redecode II: La Dorada questionne le (néo)colonialisme, la perception qu’a l’Europe des autres continents (à l’époque coloniale et de nos jours) et l’association avec le paradis. Il est grand temps que les pays occidentaux prennent leurs responsabilités au lendemain de la période (néo)coloniale et s’attellent aux conséquences et aux problèmes de l’After Paradise.

23 artistes présentent des œuvres inspirantes dans des sites uniques de la ville historique de Courtrai

Découvrir le parcours